IGN

Géoservices IGN

Le géocodage Géoportail évolue en prévision de l'arrivée de la BAN

19 Février 2018

Du nouveau sur le géocodage et la BAN [Mise à jour : la nouvelle ressource de géocodage est maintenant attendue pour juin 2018]

Le contexte général du géocodage :

L’adresse est une donnée pivot pour les utilisateurs (entre informations portées par l’adresse (client, établissement, habitants) et le lieu où elle se trouve (zone inondable, protégée, de chalandise, itinéraire) etc.). Savoir où est une adresse, c’est se donner les moyens de la traiter intelligemment.

Parmi les besoins utilisateurs exprimés autour du géocodage adresses/POI/parcelles à l’occasion notamment du projet Plateforme Nationale de Géocodage , on peut mentionner : traitement massif et rapide, actualité qualité du référentiel, normalisation postale de l’adresse (via hexavia/hexaclé), croisement avec autres données, gestion des cedex, géocodage inverse, gestion des adresses disparues (fusion, scission de communes)

En regard de ces besoins, les services de géocodage de l’IGN ne sont plus aussi satisfaisants qu’à leur création.
Les utilisateurs ne comprennent notamment pas pourquoi ils ne reposent pas sur la BAN (Base Adresse Nationale) avec le risque croissant de manque d’actualité que cela peut engendrer.

Pourquoi changer l’existant du Géoportail ?

Les services de géocodage actuels du Géoportail alimentent de nombreux outils :
• la recherche d’adresses et de lieux-dits dans le Géoportail (via la surcouche web service Look4 qui permet d’y agréger d’autres résultats de recherche);
• les applications Mes Adresses et Mon Géocodeur
• les API de géocodage au standard OGC OpenLS et REST
• les widgets de géocodage des extension JavaScript Leaflet et Openlayers, ainsi que du SDK JavaScript.
• les prestations de géocodage

Ces services comptent actuellement plus de 1300 utilisateurs actifs (mesure réalisée sur le nombre de clés de géoservices ayant du géocodage et ayant enregistré une activité en janvier 2018).

Les services actuels du Géoportail utilisent actuellement les bases IGN archivées semestriellement (BD Adresse, BD TOPO, BD Parcellaire), ce qui a longtemps été pour la France les meilleures bases disponibles.

Mais ce ne sera plus le cas prochainement, notamment pour la composante adresse avec l’aboutissement prochain du projet BAN, base adresses dont la mise à jour en continu est déjà diffusée de façon hebdomadaire sous forme de fichiers .csv départementaux sur https://adresse.data.gouv.fr.

Enfin, ces services existants reposent sur un processus d’alimentation qui, pour des contraintes de taille de fichier, ont conduit à à dégrader les données : le remplacement de certains ponctuels adresse par des adresses réinterpolées conduit par exemple à la perte de l’identifiant unique de ces adresses et donc du lien avec les autres composantes du RGE (adresse premium).

Les transformations proposées

L’objectif prioritaire des transformations est de proposer aux utilisateurs de tirer profit de l’existence de la BAN, qui fait l’objet en cours de phase projet d’une mise à jour hebdomadaire et qui sera bientôt journalière (en continu).
Le travail entamé vise donc à refondre à court terme les processus d’alimentation en données du moteur de géocodage actuel du Géoportail afin d’améliorer :

  • l’actualité des données utilisées,
  • la cohérence avec la BAN
  • les liens vers les autres bases (conservation de l’ensemble des ID_ADRESSE).

L’IGN propose d’introduire une nouvelle ressource de géocodage mise à jour plus régulièrement (objectif initial de mise à jour hebdomadaire), basée sur les données de la BAN et qui viendrait dans un premier temps compléter les ressources de géocodage existantes.

La ressource BAN, pour être mise à jour aussi souvent, ne sera pas soumise à l’ensemble des contrôles aujourd’hui effectuée sur la ressource StreetAddress issue de la BD Adresse : elle sera donc mieux actualisée, mais moins contrôlée.

Dans cette la nouvelle ressource, tous les points issus de la BAN conserveront leur identifiant et pourront donc être mis en relation avec d’autres bases de données.

Les utilisateurs des services de géocodage auront le choix d’utiliser cette nouvelle ressource, mais cela ne leur sera pas imposé. En effet, l’ancienne ressource StreetAddress ne changera pas de mode de fabrication ou de nom. Un bilan sera fait en 2019 pour étudier, en fonction des retours d’expérience, le remplacement ou la suppression de la ressource StreetAddress basé sur la BD Adresse semestrielle.

NB : pour obtenir un service équivalent à StreetAddress, l’IGN ajoutera systématiquement aux points adresses issus de la BAN, des points calculés au centre des voies ne supportant aucun point adresse. Ceci permet de localiser une adresse dans un lieu dépourvu de points adresse BAN.

La priorité est mise sur le service de géocodage direct même si, par cohérence, le géocodage inverse et l’autocomplétion seront traités rapidement ensuite.

D’autres améliorations envisageables sur le géocodage sur des points spécifiques (CEDEX, villes nouvelles) seront identifiées et ajoutées dans une seconde étape.

Les étapes de la transformation

1- Détermination d’une méthode pour créer des points adresses sur les tronçons routiers ne supportant aucun point adresse et ajout de ces points à un fichier issu des données BAN + réalisation d’un fichier sur un département -> FAIT

2- Validation de l’intégration -> EN COURS Fait

3- Industrialisation : -> BETA PUBLIQUE AVRIL 2018 juin 2018

  • fabrication des fichiers issus de la BAN France entière
  • processus pour générer les points additionnels correspondant aux rues sans adresses,
  • processus pour intégrer les fichiers hebdomadairement au Géoportail -

3- Industrialisation des autres services (autocomplétion, inverse) -> JUIN été 2018

4- Améliorations ultérieures du géocodage: -> ETE rentrée 2018

A l’issue de ce changement, d’autres améliorations seront programmées en fonction des besoins identifiés par le projet “plateforme nationale de géocodage” et les retours des utilisateurs. Exemples :

  • gestion de l’historique des adresses en fonction de l’évolution de l’historique des communes
  • amélioration de la gestion des lieux-dits, des stations touristiques, des villes nouvelles, des cedex etc.